Quand il s’agit de culture financière, de nombreux aspects contribuent à la compréhension globale de son importance et de son impact possible sur votre vie. Ultimement, la culture financière est « la capacité de comprendre et d’utiliser efficacement diverses compétences financières, dont la gestion des finances personnelles, l’établissement d’un budget et l’investissement ». Pour certaines personnes, cela peut signifier comprendre le marché boursier, épargner pour la retraite ou simplement survivre après avoir payé toutes leurs factures. Le niveau de connaissances de la majorité des gens est déterminé par leur scolarisation et leur éducation.

Impacts sur la culture financière

L’expérience de l’argent varie d’une personne à l’autre. Des choses hors de notre contrôle, comme la structure familiale, le statut socioéconomique, la race, le genre, le voisinage, l’école, le niveau de scolarité des parents, le lieu de naissance et ainsi de suite, exercent une influence majeure sur notre relation à l’argent et notre niveau de culture financière.

C’est pourquoi pour plusieurs, les principes de base de la culture financière sont hors de propos. Par exemple, parler des meilleurs taux d’épargne d’un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) sans considérer l’impact d’un congé de maternité ou des responsabilités d’aidante familiale sur l’indépendance financière d’une personne est inéquitable. Les femmes prennent davantage le rôle d’aidantes familiales et on estime que 30 % des femmes au Canada sont aidantes familiales au cours de leur vie. Ce rôle a des impacts émotionnels, physiques et financiers pour les femmes : 38 % d’entre elles ont signalé une détérioration de leur état de santé global, 33 % des travailleuses ont diminué leurs heures de travail et 29 % ont refusé une promotion ou un nouveau poste afin d’assumer leurs responsabilités à la maison.

Nous devons également nous pencher sur les écarts de richesse entre personnes de différentes races, un phénomène selon lequel les personnes noires, autochtones et de couleur se font systématiquement empêcher de bâtir leur richesse à travers différentes politiques et inégalités structurelles. Un rapport du Conference Board du Canada révèle que pour chaque dollar gagné par un travailleur blanc, un travailleur noir en gagnera environ 80,4 cents. C’est important, car « une différence salariale entraîne une différence dans la capacité d’épargner et d’investir, amplifiant l’écart de richesse au fil du temps ». De tous les groupes ethnoculturels, les travailleurs noirs sont les plus susceptibles d’être les « travailleurs pauvres », malgré le faible taux de chômage et de robustes marchés du travail.

Ce ne sont que deux exemples de la façon dont le vécu de plusieurs personnes est absent des conseils financiers traditionnels et de la raison pour laquelle une approche intersectionnelle féministe à la finance est si importante. De multiples obstacles et l’oppression systémique peuvent se recouper et avoir un impact sur l’accès d’une personne aux possibilités, mais lorsque nous adoptons une optique intersectionnelle féministe à la finance personnelle, nous comprenons clairement comment les enjeux du sexisme, des préjugés à l’égard des genres, de l’homophobie, du capacitisme, de la discrimination raciale, etc., se perpétuent et soutiennent le système financier. En lisant, en s’impliquant et en trouvant des communautés de personnes en quête d’informations, la finance personnelle peut être une poursuite infinie de connaissances plutôt qu’un fardeau.

Ressources recommandées

Lorsque nous commençons à reconnaître les inégalités, nous pouvons facilement nous sentir dépassé·es ou cyniques. Voici quelques ressources qui peuvent expliquer des enjeux complexes de façon simple et intéressante :

Femmes invisibles de Caroline Criado-Perez utilise de véritables études de cas pour explorer comment les écarts de données dans la vie moderne peuvent affecter négativement les femmes. Il explique les systèmes actuels et propose une critique éclairée quant à leur incapacité à servir une grande partie de la population, particulièrement les femmes et les communautés de couleur.

Btchcoin est une infolettre hebdomadaire (en anglais) abordant les plus importantes nouvelles financières canadiennes selon une perspective féministe.

Le fil d’actualités Personal Finance Canada de Reddit (en anglais). Oui, je suis sérieuse. On y trouve d’excellentes discussions et des ressources utiles, et on peut y voir comment des personnes de diverses communautés d’un bout à l’autre du pays gèrent leurs finances.

A Complete Guide to Investing in Your 20s

Comptes à suivre sur les réseaux sociaux

Bien que les réseaux sociaux puissent favoriser la comparaison malsaine et la quête de retombées, ils peuvent également favoriser un sentiment d’appartenance à une communauté qui n’est peut-être pas accessible en personne. Découvrez quelques influenceuses et influenceurs du monde financier :

Berna

Jessica Moorhouse

Steph and Den

Mrs. Dow Jones

The Financial Diet


Sabrina Dotsch est une professionnelle du marketing établie à Toronto. Elle écrit des articles sur des sujets qui lui tiennent à cœur, comme la culture financière et le féminisme financier. Lorsqu’elle n’est pas devant son ordinateur, elle s’installe dans un hamac pour lire à l’extérieur.

Previous
Ce que nous avons entendu : Semaine de l’égalité des sexes 2021
Next
Discours du Trône : Faits saillants pour l’égalité des genres et la santé mondiale

Le Réseau Avenir égalitaire reconnaît que les peuples autochtones sont les gardiens traditionnels de l’Île de la Tortue, qu’on appelle également le Canada.

Veuillez consulter notre reconnaissance du territoire ici