Ce résumé comprend des points saillants du Budget fédéral 2021 déposé par la ministre des Finances Chrystia Freeland à la Chambre des communes le 19 avril 2021. De plus amples analyse des mesures et implications du budget seront partagées sur nos réseaux sociaux dans les prochains jours.

Budget 2021 Anglais | Budget 2021 Français

Établir un système pancanadien d’apprentissage et de garde des jeunes enfants [Page 112]

  • Le budget de 2021 propose de nouveaux investissements totalisant 30 milliards de dollars sur les cinq prochaines années et de 8,3 milliards par la suite pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants et pour l’apprentissage et la garde des jeunes enfants autochtones.
  • En combinaison avec les investissements précédents annoncés depuis 2015, au moins 9,2 milliards de dollars par année en permanence seront investis dans la garde des enfants, y compris l’apprentissage et la garde des jeunes enfants autochtones, à compter de 2025-2026.
  • Jusqu’à 27,2 milliards de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, amènera le gouvernement à partager à part égale les coûts de la garde d’enfants avec les gouvernements des provinces et des territoires, dans le cadre d’ententes initiales de cinq ans. Les objectifs futurs et la répartition des fonds, à compter de la sixième année du plan, seraient déterminés en fonction de la compréhension des besoins et des progrès réalisés dans le cadre de ce plan initial.
  • Au cours des cinq prochaines années, le gouvernement collaborera avec les provinces et les territoires pour faire des progrès considérables vers un système qui fonctionne pour les familles. Le financement fédéral ci-haut mentionné permettrait :
    • La réduction de 50 % des frais moyens des services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants réglementés dans toutes les provinces à l’extérieur du Québec d’ici la fin de 2022;
    • Une moyenne de 10 $ par jour d’ici 2025-2026 pour toutes les places autorisées en garderie au Canada;
    • La croissance annuelle permanente des places en garderie abordables de qualité partout au pays, à partir des quelque 40 000 nouvelles places déjà créées au moyen d’investissements fédéraux précédents;
    • Des progrès importants en vue d’améliorer et d’élargir les services de garde avant et après l’école afin d’offrir une plus grande souplesse aux parents qui travaillent.
  • Le budget de 2021 propose de mettre en place un accord asymétrique avec le Québec qui permettra d’apporter d’autres améliorations à son système,
  • De plus, le gouvernement fédéral autorisera le transfert du financement de 2021‑2022 dès que des ententes bilatérales auront été conclues avec les provinces et les territoires, ententes habilitées par une proposition de crédit législatif. 

Favoriser l’accessibilité des places en garderie [Page 116]

  • Afin de réaliser des progrès immédiats pour les enfants handicapés, le budget de 2021 propose de verser 29,2 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2021‑2022, à Emploi et Développement social Canada par l’intermédiaire du Fonds pour l’accessibilité dans le but de soutenir les garderies à mesure qu’elles améliorent leur accessibilité physique. Ce financement, qui pourrait profiter à plus de 400 garderies, appuierait des améliorations comme la construction de rampes et de portes accessibles, de toilettes et de structures de jeux.

Répondre aux besoins des familles et des communautés autochtones [Page 116]

  • Le budget de 2021 s’appuie sur ce cadre et sur les investissements récents figurant dans l’Énoncé économique de l’automne de 2020 afin de poursuivre les progrès vers un système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants qui répond aux besoins des familles autochtones, peu importe où elles vivent. Un investissement proposé de 2,5 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années dans l’apprentissage et la garde des jeunes enfants autochtones comprendra :
    • Un financement de 1,4 milliard de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, et de 385 millions par la suite, pour garantir qu’un plus grand nombre de familles autochtones ont accès à des programmes de haute qualité. Guidé par les priorités autochtones et les enveloppes fondées sur les distinctions, cet investissement fera en sorte de renforcer la capacité de gouvernance autochtone, permettra aux fournisseurs d’offrir des horaires de garde plus flexibles et à temps plein, de constituer, de former et de conserver une main-d’œuvre qualifiée, et créera jusqu’à 3 300 nouvelles places en garderie. Cette mesure comprendra de nouveaux investissements dans le Programme d’aide préscolaire aux Autochtones dans les collectivités urbaines et nordiques;
    • Un financement de 515 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, et de 112 millions par la suite, pour appuyer les soins avant et après l’école pour les enfants des Premières nations vivant dans les réserves;
    • Un financement de 264 millions de dollars sur quatre ans, à compter de 2022-2023, et de 24 millions par la suite, pour réparer et rénover les centres autochtones d’apprentissage et de garde des jeunes enfants dans le but d’assurer un environnement sécuritaire et sain pour les enfants et le personnel;
    • Un financement de 420 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2023-2024, et 21 millions par la suite, pour construire et entretenir de nouveaux centres dans d’autres communautés. Le gouvernement collaborera avec les partenaires autochtones pour déterminer les nouvelles priorités en matière d’infrastructure.
    • Afin de s’assurer que ces programmes indispensables continuent de croître avec les communautés qu’ils servent, le financement des programmes augmentera de 3 % par année à compter de 2027-2028.

Rassembler les partenaires pour bâtir et maintenir un système pancanadien de garde d’enfants [Page 117]

  • Dans la foulée des investissements récents prévus dans l’Énoncé économique de l’automne de 2020, un montant supplémentaire de 34,5 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, et de 3,5 millions par la suite, serait versé à Emploi et Développement social Canada pour renforcer la capacité du nouveau secrétariat fédéral responsable de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants.
  • Cette mesure comprendra, dans les mois à venir, la mise sur pied d’un nouveau conseil consultatif national qui fournira des conseils d’experts et un forum de consultation sur les enjeux et les défis auxquels fait face le secteur de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants. Ce conseil refléterait la diversité géographique, culturelle, linguistique et socioéconomique du Canada et comprendrait des experts de l’ensemble du secteur.
  • Afin d’appuyer davantage un engagement fédéral durable dans le temps, le gouvernement s’est engagé à déposer à l’automne 2021 une loi fédérale sur l’apprentissage et la garde des jeunes enfants, à la suite de consultations avec les intervenants et les partenaires provinciaux, territoriaux et autochtones, en vue d’inscrire dans la loi les principes d’un système pancanadien de garde d’enfants.

Soutenir les entrepreneurs, y compris les entrepreneurs en quête d’équité [Page 153]

  • Le budget de 2021 propose d’affecter jusqu’à concurrence de 101,4 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, à Innovation, Sciences et Développement économique Canada pour le programme de développement des petites entreprises et de l’entrepreneuriat.
    • Conçu à simplifier et à rationaliser les programmes de soutien du gouvernement, et d’aider les entrepreneurs en quête d’équité (Canadiens racialisés, jeunes, membres de la communauté LGBTQ2 et autres personnes) à accéder à du financement et à du capital, à des possibilités de mentorat, à des services de planification financière et à de la formation pour les entreprises, le gouvernement lancera le programme de développement des petites entreprises et de l’entrepreneuriat.

Appuyer les entrepreneures [Page 153]

  • Afin de fournir un financement abordable, d’augmenter les données et de renforcer les capacités dans l’écosystème entrepreneurial, le budget de 2021 propose de fournir jusqu’à concurrence de 146,9 millions de dollars sur quatre ans, à compter de 2021-2022, afin de renforcer la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. Les femmes entrepreneures auraient un meilleur accès au financement, au mentorat et à la formation. Le financement soutiendrait aussi le Fonds pour l’écosystème de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat et le Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat.
    • Le gouvernement travaillera avec les institutions financières afin d’élaborer un code volontaire, qui contribuera à soutenir l’inclusion des femmes et d’autres entrepreneurs sous-représentés en tant que clients dans le secteur financier.

Appuyer les entrepreneurs noirs [Page 154]

  • Le budget de 2021 propose d’affecter 51,7 millions de dollars supplémentaires sur quatre ans, à compter de 2021-2022, à Innovation, Sciences et Développement économique Canada ainsi qu’aux agences de développement régional pour le Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires.
    • En septembre 2020, le gouvernement du Canada, en partenariat avec les institutions financières, a annoncé un investissement maximal de 221 millions de dollars, dont un investissement par le gouvernement pouvant atteindre 93 millions pour lancer le tout premier Programme pour l’entrepreneuriat des communautés noires.

Favoriser la croissance des organismes de bienfaisance, des organismes sans but lucratif et des organismes à vocation sociale [Page 236]

  • La finance sociale consiste à mobiliser des capitaux privés pour offrir un bien public. Afin de soutenir la croissance de la finance sociale au Canada, de renforcer notre secteur social, de faire en sorte que les membres les plus vulnérables de la société puissent avoir accès à des services grandement nécessaires et d’aider nos communautés à se rétablir plus rapidement. Le gouvernement propose d’entreprendre les décaissements prévus du Fonds de finance sociale de 755 millions de dollars et de déployer jusqu’à 220 millions au cours de ses deux premières années. Il est estimé que le Fonds de finance sociale pourrait attirer jusqu’à 1,5 milliard en capitaux du secteur privé afin d’appuyer le développement du marché de la finance sociale, de créer des milliers d’emplois et de susciter des changements sociaux positifs. 
  • Pour veiller à ce que les organismes de bienfaisance, les organismes sans but lucratif et les organismes à vocation sociale possèdent les compétences et les capacités nécessaires pour accéder aux possibilités de finance sociale, Le budget de 2021 propose de renouveler le Programme de préparation à l’investissement en y injectant 50 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2021‑2022. Ce programme appuie les organismes de bienfaisance, les organismes sans but lucratif et les organismes à vocation sociale dans des activités de renforcement des capacités comme l’élaboration de plans d’entreprise, l’expansion des produits et services, le perfectionnement des compétences et l’embauche. 
  • Le budget de 2021 propose de fournir un financement de 400 millions de dollars à Emploi et Développement social Canada en 2021‑2022 pour créer un fonds temporaire de relance des services communautaires afin d’aider les organismes de bienfaisance et les organismes sans but lucratif à s’adapter et à se moderniser afin qu’ils puissent mieux appuyer la relance économique dans nos communautés. 

Stimuler les dépenses de bienfaisance dans nos communautés [Page 237]

  • Le budget de 2021 propose d’entreprendre des consultations publiques avec les organismes de bienfaisance au cours des prochains mois sur la possibilité d’augmenter le contingent des versements et de mettre à jour les outils à l’intention de l’Agence du revenu du Canada, et ce, à compter de 2022. Une telle mesure pourrait accroître l’appui au secteur des organismes de bienfaisance et aux utilisateurs de leurs services de l’ordre de 1 milliard à 2 milliards de dollars par année.

Appuyer les nouvelles arrivantes racisées [Page 252]

  • Le budget de 2021 propose de fournir un financement de 15,0 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2021-2022, à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada pour prolonger l’initiative pilote pour les nouvelles arrivantes racisées, qui continuera d’améliorer leurs perspectives ’emplois et leur avancement professionnel. 

Rendre nos communautés et nos milieux de travail plus accessibles [Page 272]

  • Le budget de 2021 propose d’allouer à Emploi et Développement social Canada un financement supplémentaire de 100 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2021-2022, afin de tripler le financement pour le Fonds pour l’accessibilité et d’appuyer les projets, petits et moyens, d’organismes à but non lucratif, de refuges pour femmes, de services de garde d’enfants, de petites municipalités, d’organismes autochtones, de gouvernements territoriaux, de petites entreprises et d’entreprises de toute taille. Ce soutien permettrait de compenser les frais de rénovation, de modernisation, ainsi que les frais relatifs aux technologies accessibles sur les lieux de travail. 

Appuyer une plus grande égalité pour les communautés LGBTQ2 [Page 273]

  • Le budget de 2021 propose de fournir à Femmes et Égalité des genres Canada un financement de 15 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2021-2022, pour créer un nouveau Fonds de projets LGBTQ2 consacré à l’appui d’initiatives communautaires visant à surmonter les problèmes clés auxquels sont confrontées les communautés LGBTQ2, comme l’accès aux services de santé mentale et au soutien à l’emploi.
  • Le budget de 2021 propose également de fournir à Patrimoine canadien un financement de 7,1 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2021-2022, afin de continuer d’appuyer le travail du Secrétariat LGBTQ2 – qui coordonne les efforts pangouvernementaux – et de permettre l’élaboration d’un Plan d’action LGBTQ2.

Appuyer l’accès aux renseignements et aux services de santé sexuelle et reproductive [Page 276]

  • Afin d’améliorer l’accès au soutien, aux renseignements et aux services de santé sexuelle et reproductive, y compris la protection du droit à l’avortement : 
    • Le budget de 2021 propose d’allouer un financement de 45 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2021-2022, à Santé Canada, afin de financer des organismes communautaires qui contribuent à rendre les renseignements et les services de santé sexuelle et reproductive plus accessibles aux populations vulnérables. Ces organismes appuient des activités telles que la production de matériel didactique inclusif pour les prestataires de soins de santé sexuelle et reproductive, l’organisation d’activités de sensibilisation du public et la fourniture d’un soutien logistique et du déplacement pour les personnes qui doivent parcourir de longues distances pour accéder à des soins relatifs à l’avortement.
  • Le budget de 2021 propose d’allouer à Statistique Canada un financement de 7,6 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, afin d’élaborer et de mettre en œuvre une enquête nationale sur la santé sexuelle et reproductive permettant de recueillir des données sur la race, le revenu des ménages et l’orientation sexuelle, renseignements qui, souvent, ne sont pas consignés dans les sondages existants. En disposant de meilleurs renseignements, les gouvernements pourront mieux comprendre les défis et améliorer les mesures de soutien qu’ils fournissent.

Établir un Institut national de recherche sur la santé des femmes [Page 277]

  • Le budget de 2021 propose d’allouer aux Instituts de recherche en santé du Canada un financement de 20 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, afin d’appuyer un nouvel Institut national de recherche sur la santé des femmes. Le nouvel institut fera la promotion d’un programme de recherche coordonné qui porte sur les secteurs de santé des femmes sous-étudiés et hautement prioritaires, et qui veille à ce que de nouvelles données probantes améliorent les résultats chez les femmes en matière de soins et de santé. Il garantira également l’adoption d’une approche intersectionnelle en matière de recherche et de soins afin de combler les écarts persistants pour toutes les femmes, y compris les femmes racisées, les femmes noires et autochtones, les femmes handicapées et celles qui sont membres de la communauté LGBTQ2.

Soutenir les entrepreneurs autochtones [Page 295]

  • Le budget de 2021 propose d’investir 42 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2021-2022, afin d’élargir le Programme d’entrepreneuriat autochtone. Cela soutiendra directement les entreprises dirigées par des Autochtones et aidera les communautés autochtones à générer de la richesse en améliorant l’accès aux capitaux et les possibilités d’affaires pour ces entreprises. 
  • Le budget de 2021 propose également de fournir un financement de 2,4 millions de dollars en 2021-2022 à l’Association touristique autochtone du Canada afin d’aider l’industrie du tourisme autochtone à se reconstruire et à se remettre des répercussions de la COVID-19. 
  • Le budget de 2021 propose d’investir 22 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2021-2022, afin de soutenir l’initiative pour les femmes autochtones en entrepreneuriat de l’Association nationale des sociétés autochtones de financement (ANSAF) en fournissant les outils, les services et les ressources requis pour augmenter le nombre de femmes entrepreneures. Ce financement aiderait l’ANSAF à atteindre son objectif qui consiste à augmenter de 50 % le nombre de femmes entrepreneures autochtones qui accèdent à un financement par l’intermédiaire d’institutions financières autochtones.

Réagir à la tragédie des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées [Page 298]

  • Le gouvernement accélère ses travaux sur le Plan d’action national en réponse aux appels à la justice de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et à la mise en œuvre des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation.
  • Ce travail s’articule autour de quatre domaines thématiques interdépendants issus de l’enquête nationale : culture, santé et mieux-être, sécurité et sûreté humaines, et justice. 
  • Les mesures prises pour faire face à cette tragédie doivent être vastes afin de s’attaquer aux causes profondes socioéconomiques, notamment la perte de la culture et des langues, la pauvreté et le manque d’accès au logement, ainsi que le besoin de sécurité communautaire, de sécurité alimentaire, d’emploi, d’éducation, de soins de santé, d’infrastructures, et les nombreux fils qui forment le tissu social. 
  • Le budget de 2021 propose d’investir un montant additionnel de 2,2 milliards de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, et de 160,9 millions par la suite pour bâtir une société plus sûre, plus forte et plus inclusive.

Promouvoir un plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre [Page 324]

  • Le budget de 2021 propose d’investir 601,3 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, pour faire progresser la mise en œuvre d’un nouveau Plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre, tel qu’il est exposé ci-dessous. 
    • Le gouvernement, en consultation avec les provinces, les territoires, les municipalités, les peuples autochtones, les spécialistes de la violence fondée sur le genre, les intervenants et, plus important encore, les survivants de la violence fondée sur le genre, entreprend l’élaboration d’un Plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre, dont le but est de faire en sorte que toute personne aux prises avec cette forme de violence ait un accès fiable et opportun à la protection et aux services, peu importe l’endroit où elle vit. 

Programme de lutte contre la violence fondée sur le genre [Page 325]

  • Le budget de 2021 propose d’investir 105 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, pour le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres afin de renforcer son Programme de lutte contre la violence fondée sur le sexe. Les fonds iront à des initiatives faisant intervenir les hommes et les garçons. Le budget augmentera également le financement des initiatives visant à mettre fin à la traite des personnes, y compris le soutien aux populations à risque et aux survivants. Il fournira également un soutien à la mise à l’essai et à l’adoption de pratiques exemplaires contre la violence fondée sur le genre, en mettant l’accent sur des projets qui pourraient être élargis à l’échelle nationale.

Secrétariat responsable du Plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre [Page 326]

  • Le budget de 2021 propose de fournir un financement de 14 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, pour le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres Pour établir un secrétariat chargé de la coordination des travaux continus en vue d’élaborer et de mettre en œuvre le Plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre et de la poursuite de la collaboration avec les provinces, les territoires, les municipalités, les peuples autochtones, les experts en violence fondée sur le genre, les intervenants et, plus important encore, les survivants de la violence fondée sur le genre.

Collecte accrue de données (VFG) [Page 326]

  • En reconnaissance du fait que les femmes, les filles et les personnes 2ELGBTQQIA+ autochtones sont beaucoup plus susceptibles de connaître la violence que les femmes non autochtones, et que le taux d’homicide dans cette communauté était sept fois plus élevé que celui des femmes non autochtones, le budget de 2021 propose d’accorder 55 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, au ministère des Femmes et de l’Égalité des genres pour renforcer la capacité des femmes autochtones et des organismes de défense des intérêts des personnes 2ELGBTQQIA+ d’offrir des programmes de prévention de la violence fondée sur le genre visant à s’attaquer aux causes profondes de la violence faite aux femmes, aux filles et aux personnes 2ELGBTQQIA+ autochtones. Ces investissements s’ajoutent à ceux qui sont décrits au chapitre 8 pour répondre à la tragédie nationale des femmes et des filles autochtones disparues ou assassinées. 

Des relations plus sécuritaires [Page 327]

  • Le budget de 2021 propose d’accorder 50 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, à l’Agence de la santé publique du Canada afin de concevoir et d’exécuter des interventions qui favorisent des relations sécuritaires et préviennent la violence familiale, y compris la violence entre partenaires intimes et les mauvais traitements infligés aux enfants et aux aînés. 

Lignes d’intervention en cas de crise [Page 327]

  • Le budget de 2021 propose de verser 30 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, au ministère des Femmes et de l’Égalité des genres afin que les lignes d’intervention en cas de crise puissent répondre aux besoins urgents d’un plus grand nombre de Canadiens et offrir des services, des ressources et un soutien plus solides pour prévenir l’escalade de la violence fondée sur le genre. 

Conseils juridiques gratuits [Page 328]

  • Le budget de 2021 propose de verser 85,3 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, au ministère de la Justice Canada. Le financement appuiera un programme national de conseils juridiques indépendants et de représentation juridique indépendante à l’intention des victimes d’agressions sexuelles, ainsi que des projets pilotes destinés aux victimes de violence entre partenaires intimes. 

Protection des femmes et des enfants pendant le divorce ou la séparation [Page 328]

  • Le budget de 2021 propose de verser 28,4 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, au ministère de la Justice Canada. Cette mesure assurera la sécurité et le bien-être des enfants et des familles. 
    • Les femmes sont six fois plus susceptibles d’être tuées par un ex-conjoint que par un conjoint avec qui elles vivent. Pendant la coparentalité au cours d’un divorce ou d’une séparation, les options de surveillance peuvent assurer la sécurité des femmes et protéger les enfants contre la violence dans leur foyer. Pour soutenir les services de surveillance durant le temps parental en cas de séparation et de divorce.

 Exploitation des enfants [Page 328]

  • Le budget de 2021 propose d’accorder 20,7 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, à la Gendarmerie royale du Canada afin d’améliorer sa capacité de mener des enquêtes en ligne sur l’exploitation sexuelle des enfants, d’identifier les victimes et de les retirer des situations de mauvais traitements, et de traduire les délinquants en justice, y compris ceux qui commettent des infractions à l’étranger.

Soutien aux nouveaux arrivants [Page 329]

  • Le budget de 2021 propose d’affecter 2 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada afin d’accroître l’accès à l’information et le soutien aux nouveaux Canadiens aux prises avec la violence familiale ou fondée sur le genre, y compris l’amélioration de la disponibilité des ressources de lutte contre la violence. Ce financement aidera à s’assurer que la vie des nouveaux arrivants au Canada part du bon pied. 

Mesures supplémentaires contre la VFG [Page 329]

  • De plus, tel qu’il est indiqué au chapitre 6, le gouvernement propose de réaffecter 250 millions de dollars en financement afin de les consacrer à des logements de transition et à des places dans les refuges pour les femmes et les enfants fuyant la violence, et d’offrir une aide au loyer supplémentaire par l’intermédiaire de l’Allocation canadienne pour le logement aux femmes et aux enfants fuyant la violence.
  • D’autres détails sur le plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le genre seront annoncés dans les prochains mois.

Renforcer le soutien juridique aux communautés vulnérables [Page 331]

  • Le budget de 2021 propose de fournir un financement de 21,5 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, pour appuyer une initiative de soutien juridique aux communautés racisées. Cette mesure permettrait d’aider les organismes qui offrent gratuitement de l’éducation et de l’information juridiques au public ainsi que les organismes qui fournissent des services et des conseils juridiques aux communautés racisées.
  • Le budget de 2021 propose également de fournir un financement supplémentaire de 26,8 millions de dollars, en 2021-2022, afin de permettre aux provinces participantes de maintenir l’aide juridique aux demandeurs d’asile en matière d’immigration et de réfugiés, tout en protégeant l’efficacité et l’intégrité du système d’octroi de l’asile.

Appuyer les travaux visant à lutter contre le racisme systémique au sein des organisations de sécurité publique [Page 332]

  • Le budget de 2021 propose de fournir un financement de 75 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2021-2022, et de 13,5 millions par la suite, à la Gendarmerie royale du Canada pour qu’elle prenne des mesures afin de lutter contre le racisme systémique par les moyens suivants : une réforme des processus de recrutement et de formation; la collecte, l’analyse et la communication de données fondées sur la race; une évaluation plus rapide de l’incidence des activités policières sur certaines communautés; et l’amélioration de la mobilisation et de la consultation des communautés noires, autochtones et racisées.

Objectifs en matière d’égalité des sexes pour le Canada [Page 378]

  • Le Cadre des résultats relatifs aux sexes est harmonisé avec la politique de l’ACS+ du gouvernement du Canada : il veille à tenir compte du genre en regard d’autres facteurs identitaires qui se recoupent. Dans la mesure du possible, les facteurs identitaires qui se recoupent seront pris en considération dans les indicateurs ci-dessus.

Un résumé des répercussions du budget de 2021 concernant les genres et la diversité se trouve à la page 478 du document budgétaire.

Previous
Les femmes en première ligne de la réponse à la COVID-19 au Canada : Christina Tulk
Next
Une organisation dirigée par des jeunes aide les immigrantes d’un bout à l’autre du pays